Artistes Humoristes de Côte d’Ivoire: De l’ombre à la gloire !

Share Button

L’humour était appréhendé comme un métier de « plouc » autrefois. Et ses acteurs étaient traités de bouffons, plaisantins et autres. Les humoristes font partis des artistes les mieux nantis aujourd’hui. Nombreux parmi eux sont partis de zéro pour devenir des artistes respectables aujourd’hui.

tfg

Le Magnific, le Vigile devenu star
Bah Jacques Silvère dit Le Magnific est aujourd’hui, l’un des meilleurs humoristes de sa génération. Il a même été sacré meilleur humoriste ivoirien 2013. Mais pour vivre la vie qu’il a aujourd’hui, l’humoriste a trimé. Confronté au problème d’emploi après son brevet de technicien supérieur (BTS) en Gestion Commerciale, il se consacre au foot où il excelle. Bah Jacques Silvère fait un bon parcours au sein du Cosmos, un club de D3 avant de contracter une blessure au genou. Il verra ainsi son rêve de devenir grand footballeur se briser.

Lire aussi : Portrait: Rootskin, un passionné de musique

« Ne pouvant poursuivre les études ni jouer au foot, il me fallait me battre pour moi-même, la famille ici à Abidjan et au village. Je suis donc devenu vigile un temps. Mais ce milieu étant ce qu’il est, j’ai préféré arrêter pour embrasser ce métier dont j’avais déjà les qualités’’, a confié l’artiste. Suite à des moments difficiles où il était obligé de prendre son inspiration dans des « Gbêlêdrômes » (cabarets), l’artiste a su relever la pente petit à petit et se bonifier.

Et depuis son 1er passage à l’émission « Bonjour » de la RTI, le jeune « Guéré » de Facobly, précisément de Tiessan est insaisissable. Et il se bonifie de mieux en mieux. Jumelant habillement et parfaitement humour et musique, l’artiste a donné récemment un spectacle à l’Institut français le 10 juillet dernier, où il a refusé du monde.

fed

Agalawal, il abandonne ses diplômes pour l’humour
Kobenan Kouman Ignace alias Agalawal, une déformation du nom du footballeur international Garba Lawal). Originaire du village Pinda-Boroko de Bondoukou (dans le Nord-est de la Côte d’Ivoire), il connait une enfance difficile suite à la séparation de ses parents. ’’Mon enfance n’a pas été facile. Les travaux champêtres le disputaient à l’école pendant mon enfance. Mes frères et moi manquions du minimum. Même les sandalettes étaient un luxe pour nous ; car nous marchions pratiquement pieds nus.

Pendant les périodes de fête, quand les autres enfants du village arboraient des tenues neuves, n’ayant rien pour nous vêtir, nous autres, étions contraints de porter nos tenues d’école ‘’. Malgré cela, celui qui a démarré l’humour en imitant les vieillards de son village bravera tous les obstacles pour se retrouver à l’université de Cocody. Orienté en Anglais, il y sortira en 2008 avec une maitrise.

Malgré ce diplôme obtenu au prix de sacrifices et de souffrances énormes, les réalités liés à l’emploi conduiront ce dernier à se tourner vers l’humour. Et c’est grâce à l’humour que Kobenan Kouman Ignace est aujourd’hui une célébrité de ce pays et roule actuellement une grosse voiture de type 4X4.

vb

Ramatoulaye: L’ex vulcanisateur devenu célèbre
Amani Koffi Mathieu dit DJ Ramatoulaye doit son succès véritable à son passage la l’émission de la RTI « Bonjour » de l’année 2011. » « J’étais d’abord disquaire à Soubré où je résidais. Je collais aussi les pneus, c’est à dire vulcanisateur. Étant bon danseur, je me suis lancé dans la mouvance avec l’avènement du Coupé-Décalé. Arrivé à Abidjan, ayant été disquaire, je m’essaie en cabine comme DJ. Et démarre au maquis « Méga Digital » à Yopougon Niangon… » explique Ramatoulaye. Aux cotés de DJ Serpent Noir son ami (l’un des premiers artistes Coupé-Décalé), il affute ses armes et devient un véritable disc-jockey.

Certes DJ, il se fait remarquer par son humour. C’est ainsi qu’il alliera danse, humour et ensuite chanson. Avec son titre « Alladji », il sillonnera quelques pays. Et c’est parti pour une véritable carrière artistique qui aura pour déclic, l’émission « Bonjour » de la RTI. Grâce à sa blague sur « Les filles de Djoulabougou », Ramatoulaye explose. Et depuis lors, l’ancien petit vulcanisateur de Soubré vit à fond son succès ! Pour la confirmation totale de son talent, DJ Ramatoulaye donne son premier « One man show » le 30 septembre 2016 prochain au Palais de la Culture.

Lire aussi : Coupé-Décalé: Elles ont pris leur cœur

jo

Joël: On me payait avant avec de la nourriture !
Joël Eric Ngadi fait partie de la crème des meilleurs humoristes et artistes chanteurs de Côte d’Ivoire actuellement. Habitué aux soirées VIP, il en écume plusieurs à travers de nombreuses sollicitations aussi bien au pays qu’à l’extérieur. Mais Joël qui pète la grande forme aujourd’hui se souvient que les choses n’étaient évidentes avant d’en arriver là.  » Tout a commencé à l’église où j’étais choriste.

Pour se faire un peu d’argent de poche, nous allions animer des messes. Lorsque nous étions invités dans des cérémonies comme les baptêmes, anniversaires, mariages et autres, je me permettais de faire des imitations de Gbi De Fer, Jean Miché Kankan, Adama Dahico… pour avoir un peu d’argent. Cela n’a pas été facile du fait qu’avant lorsqu’on jouait, c’était un plat de riz qu’on proposait en lieu et place du cachet ou du « travaillement ».

Et donc lorsque que tu finis de jouer, tu manges et tu es accompagné avec des remerciements. Mes premiers cachets n’excédaient pas 5 ou 10 mille francs. Et c’est donc après que les choses ont commencé à évoluer petit à petit jusqu’à aujourd’hui ». Il est par la suite coopté par Marc Henry D. (MHD) pour participer au concept « Abidjan Comedy Club » qui le révèle au public. Et quelques temps après, il est coopté pour l’émission « Bonjour » de la RTI où il explosera. Et depuis lors, sa carrière va de succès en succès car l’artiste est constamment entre deux avions.

rt

Dr Phyl’O: Du magasin de vente de biscuits à la télé
Originaire d’Odiéné, Diarrassouba Siaka alias Docteur Phyl’O vient au monde à Daloa où il fait tout son cursus scolaire. Très studieux, il connait un parcours scolaire sans faute jusqu’au BEPC. Face à son 1er échec, le jeune homme jette l’éponge.  » En classe de 3ème, j’ai échoué au BEPC alors que je faisais partie des meilleurs élèves. Difficile d’accepter cet échec, j’ai décidé d’abandonner les études. Sur insistance de mon père, je me suis mis à apprendre la menuiserie’’.

Quittant les bancs, il reste néanmoins en contact avec ses amis et classe et repasse le BEPC et l’obtient. Son père décède et il décide de prendre une revanche sur la vie en poursuivant néanmoins ses études. Il obtient donc son Bac et débarque à Abidjan, dans la cour familiale à Yopougon Sicogi. Après la licence en Histoire-Géo, le jeune étudiant passe le clair de son temps à vendre des biscuits dans le magasin de sa sœur. « Le petit Dioula » fait tourner à souhait son commerce et y prend goût.

Le commerce prend donc le dessus sur les études. Très bavard et doté d’un talent d’humour depuis l’école primaire, le jeune commerçant de la Sicogi participe au concours de détection de jeunes humoristes de l’émission ‘’ Surtout ne riez pas’’ sur Radio-Fréquence-2, animé par M. Didier Bléou. Celui qui est tombé sous le charme de David Omega et Gbi de Fer depuis son enfance sort 3e à la finale. De Fréquence 2, Didier le propose ensuite à Caroline Da Sylva pour C’Midi. C’est ainsi que son étoile de star nait et sillonne toute le pays depuis plusieurs mois.

er

En K 2 K: L’ex-chauffeur de Waren devenu célèbre !
C’est au quartier Dioulakro que démarre En K2K. Très taciturne en classe, il y met une belle ambiance. C’est ainsi qu’il intègre la troupe théâtrale de son école. « J’ai commencé ma carrière par le théâtre scolaire à l’EPP Dioulakro à Yamoussoukro. On nous a fait venir comme formateur, le doyen Ignace Alomo pour nous encadrer. Déjà très éveillé, j’avais le rôle principal dans la pièce. Et nous avons été lauréat de cette compétition en 1997 où j’ai été désigné meilleur acteur » affirme l’humoriste. Orienté au Lycée Mixte de Yakro après le primaire, il sera contraint à arrêter les études à classe de 4eme.

Et il se lance dans la vie active pour subvenir aux besoins de la famille. « Je fais des petits métiers comme laveur de voitures, apprenti- mécanicien où j’apprends l’électricité auto et autres. En 2004, je perds mon père à Yakro et je viens à Abidjan chez mon oncle pour me chercher… ». A Abidjan, les choses ne seront pas du tout faciles. C’est alors qu’il se cherche qu’il fait la connaissance de du comédien « Podé » de la série « Quoi de neuf ». C’est ce dernier qui le présente à Kôrô Abou qui le forme. Mais avant de vivre de son art, il fait plusieurs boulots tels chauffeur de Wôrô Wôrô sur la ligne Marcory-Koumassi, mécanicien dans certains garages.

Lorsque Kôrô Abou a déménagé de Koumassi pour Treichville, nous faisions souvent tout ce chemin à pied pour nous rendre aux répétitions les jeudis et dimanche. Mais c’était par amour que nous le faisions. « Un jour, l’équipe de l’émission « Matin Bonheur » a demandé à Kôrô Abou de faire venir un de ses petits à l’antenne. C’était la toute première fois que je passais à la télé. Malgré la peur au ventre, j’ai assuré lors de ce direct avec Léonie Konian qui animait ce jour-là. Et le public réagit favorablement.

Et c’est ainsi que de 2011 à 2012, les gens me découvriront à travers le personnage de « L’Élément en K2K ». Bonjour 2012 sera le déclic. Et c’est ainsi qu’est lancé la carrière véritable de l’Élément en K2K devenu « L’Amiral en K2K » qui gagne paisiblement sa vie aujourd’hui à travers l’humour car très sollicité.

Lire aussi : Drogba-Eto’o : des « gaous » devenus milliardaires

df

Boukary: Vendeur d’éponges, il a fait le tour d’Abidjan à pied !
Kacou Kouamé Gilles Romuald, il est plutôt connu sous le pseudo de Boukary. Natif d’Oumé et précisément de Diégonéfla, il est d’ethnie Gagou. La vie n’a pas été rose pour Boukary. Et c’est dans cette misère qu’il a su détériorer de façon professionnelle pour attirer la sympathie des ivoiriens. Son père employé au centre émetteur de la RTI, il fait ses premiers pas à pied sur plusieurs kilomètres pour se rendre à l’école dans la région d’Odiénné. Contraint d’arrêter les études, il rejoint sa génitrice à Abidjan. Mais là, encore ce sera plus difficile. « Nous étions 14 enfants à Gonzagueville chez ma mère.

Il fallait que chacun gagne son pain à la sueur de son front et subvenir à ses besoins et frais scolaires. J’ai à cet effet vendu des éponges à travers tout Abidjan. J’ai été aussi tapeur de briques, aide-maçon, creuseur de fosse septique, vendeur de Garba et Gnamakou et Bissap à vélo et autres. Tous les Abidjanais étaient mes clients. Ma mère étant veuve, il fallait l’épauler », témoigne Boukary avec beaucoup d’émotion. Et c’est grâce à l’humour qu’il se fait remarquer partout il passe à travers ses imitations de nombreux humoristes. C’est ainsi qu’il sera présenté à Gbi de Fer.  » Nous étions en 1996-97. Dès les premiers contacts, il m’a apprécié.

Mais IL m’a demandé de faire un stage de formation. Je marchais à cet effet de Gonzagueville pour me rendre à Yopougon. Et même quant il y avait l’émission « Dimanche Passion » à la RTI, je me rendais aussi à pied…. D’où est venu mon salut ? Un jour lors d’un sketch, celui choisi pour incarner un marabout ne pouvait mettre le boubou qui lui était destiné pour jouer le rôle. C’est ainsi après plusieurs hésitations, le rôle m’a été confié. Mais on m’avait demandé de ne pas ouvrir la bouche sur scène. Et j’ai su saisir ma chance sur les antennes de la RTI. Et c’est de là que tout est parti. Père de 7 enfants, Boukary a une épouse de nationalité française avec laquelle, il partage plus de 16 ans de vie de couple.

Facebook Comments

33 pensées sur “Artistes Humoristes de Côte d’Ivoire: De l’ombre à la gloire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *